mardi 18 novembre 2008

AU FAIT : POURQUOI EST CE QU’ON FAIT GRÈVE.........

Le jeudi 20 novembre nous serons encore dans la rue.

Résumé des changements majeurs qui vont intervenir dès la rentrée 2009.

1- La suppression des RASED en 3 ans (3000 en 2009 ) …aide personnalisée oblige !
(Le département du Rhône serait département pilote
pour la suppression des postes E et G en une seule fois dès la rentrée 2009).


2- La fin des remplacements par des enseignants de l’EN Le projet de budget 2009 prévoit dans le premier degré, la mise en place au 1er janvier 2009 d'une agence chargée du remplacement.
Selon le ministère, elle « devrait permettre d'identifier des pistes
d'amélioration de l'efficacité de la gestion du remplacement ».
Dans le même temps,
nous apprenons qu'un audit portant sur la possibilité d’utiliser des emplois de vacataires pour assurer les remplacements dans les écoles primaires a été commandé par le ministère et que le recrutement des enseignants sur liste complémentaire est suspendu.

3- La mise en place des établissements publics d’enseignement primaire (EPEP)
* transformer le statut des écoles en
établissement (EPEP) et pour se faire la commune peut regrouper plusieurs écoles (articles 3 et 4)
La mutualisation
des moyens conduira à des économies et, à terme, à des suppressions de postes d'enseignants (entre autres des postes de direction). Il n’y aura plus que des grosses structures.
*
Les établissements sont pilotés par un Conseil d’Administration (CA) de 13 membres dont 3 enseignants.
Le président du conseil d’administration (CA) ne peut pas être un enseignant
« Le Conseil
d’Administration se substitue aux conseils d’école. »
L’inspecteur
de la circonscription peut participer à sa demande au CA mais n’a qu’un rôle consultatif (Article 6).
Dans ce conseil les
élus locaux (donc la politique) auront une place prépondérante et auront un pouvoir de décision très important sur le fonctionnement de ces EPEP.
* « Les
établissements sont dirigés par un directeur.
Le directeur est
désigné par l’autorité académique. Il représente l’Etat au sein de l’établissement. Il exécute les délibérations du CA. » (Article 8).
Ainsi
le directeur deviendrait un supérieur hiérarchique au service du CA et de la politique du gouvernement aux détriments de ses relations avec les élèves, les familles et les enseignants. D’ailleurs qui seront ces futurs directeurs, des agents administratif de l’IA ?

Avec cette mise en
place des EPEP il semble apparaître une remise en cause de notre statut de fonctionnaire d’état. En effet le CA est souverain par rapport à l’inspecteur qui n’a qu’un rôle consultatif.

4-
Le mouvement des enseignants des écoles risque d’être complètement modifié avec des décisions venant directement du ministère. Le rôle des commissions paritaires sera très réduit …

5 – Un projet incite à renoncer aux
qualifications jusqu'ici requises pour être affecté sur des postes particuliers : maître formateur, enseignant en CLIS (classe d'intégration pour les élèves en situation de handicap), UPI…

6- Suppression des IUFM sans remplacement
par une autre formation, une fois le concours en poche on se retrouve devant les élèves !

7- Les temps de formations de plus en plus souvent
sur du temps hors scolaire.

8-
Mise en cause de l’école maternelle et probable destruction à très court terme (Des discussions sur la reconversion des ATSEM ont déjà débuté dans certaines communes)

IL SUFFIT DE CHOISIR...UN SIECLE DE COMBAT DE NOS PARENTS
POUR UNE ÉCOLE PUBLIQUE PLUS EGALITAIRE EST EN TRAIN DE S’EFFONDRER SOUS NOS YEUX......
Il reste une question : qu’est ce qu’on fait après le 20 :
parce que chacun et chacune sait bien qu’une grève de 24 heures n’arrêtera pas cette guerre ouverte à l’école publique.




1 commentaire:

Dan a dit…

Ce serait bien que les élèves fassent grève aussi et que tout le monde s'y mette.