jeudi 5 juillet 2007

Les baumes des blogs

Je viens de m'arrêter sur ce site::http://tracesecrites.free.fr

DIRE TOUT HAUT

"Moi je préfère lire, sortir de moi-même. Le livre me permet d'arrêter de m'écouter pour m'ouvrir aux autres et c'est là sa grande force.
Je vis avec moi-même 24 heures sur 24 alors quand je me perds un peu de vue, je gagne en liberté car mon espace s'agrandit à mesure. C'est bien pourquoi d'ailleurs, je ne peux lire ou écrire quand je me sens vraiment mal. Ma propre parole m'étouffe..."


Cet extrait, je l'ai sélectionné car il met les mots exacts sur ce que je ressens.
Je n'ai pas soumis mes résolutions à votre lecture car j'ai été incapable d'en prendre, étant donné que dans la minute qui a suivi l'écriture de cette phrase, je savais que je ne pourrais pas les tenir.
- Ne plus ouvrir internet avant midi, Pourquoi puisque cela me fait du bien?
- Ne plus me préoccuper du monde qui m'entoure, d'autres plus en forme que moi le font.
C'est plus fort que moi, cela se passe dans les "tripes". D'ailleurs que l'on arrête de parler du
coeur quand on parle de nos sentiments, c'est dans le ventre que cela se passe.
- Réouvrir un livre, réécouter de la musique, reprendre tous mes dessins inachevés, enfin les tâches matérielles que je fais au compte-gouttes parce qu'il le faut.
Oui, c'est cela "ma propre parole m'étouffe".
Seule ma tournée des blogs me soulage, je n'entends plus que mes pensées. j'ai mon rituel, mes blogs amis où je sais ce que je vais chercher: du beau, de l'humour, d'autres réflexions et des surprises de toutes sortes.
De temps en temps je m'aventure au fil des liens ou "de fil en aiguille".
Et puis, comme ce soir, quelqu'un m'apporte avec ses mots, une lumière nouvelle qui va m'aider à comprendre et à accepter que tout ne peut pas encore être "normal" dans ma vie".

Lorsque j'ai démarré ce blog, j'avais fait un projet, comme un fil conducteur, en fait cela part un peu dans tous les sens. Au moins je peux dire que je suis honnête, c'est d'ailleurs qu'à ces conditions que l'expérience m'intéresse.
Mais je lui changerai bien son titre:

Du coq à l'âne

5 commentaires:

May a dit…

Tu sais moi dans mes différents blogs, ils y en a certains qui existent encore même si je n'y écris plus rien. Quand je visite, je vois que j'ai évolué.J'ai arrêté en fait de regarder ma vie vivre sans moi, enfin c'est ce qui en ressort quand je relis tout ça.J'étais triste et perdue et je me sentais être une rien du tout, dans le sens de " personne " et pas une personne. mon blog a changé de ton. Enormément, tu peux demander à José, et à d'autres, il a fallu souvent qu'ils me remontent le moral. Là je pense, j'espère que j'ai passé un cap.Je suis plus "moi". Et si un blog ne sert à rien, pour moi il a au moins servi à ça, me réveler à moi même, mon dieu que cette phrase à l'air prétentieuse. lol !

Monik a dit…

C'est une très bonne idée ce titre! En tout cas, tu gardes le sens de l'humour et çà, c'est primordial.Tes dessins, tes croquis, en les publiant sur ton blog, celà peut aussi t'aider à te révéler à toi-même, comme le dit si justement May.Ce fut aussi le cas pour moi,sans prétention aucune!;)

Anonyme a dit…

moi, au contraire, je peux et je dois lire quand je me sens mal, c'est ma liberté à moi. J'aime les mots, les phrases, que je me retrouve ou non dans l'histoire, c'est toujours un enrichissement mais de préférence quand c'est bien écrit. (je viens de finir : la vie magicienne - Isabelle Desesquelles) Il m'arrive d'écrire mais je me sens vraiment mal, pour chasser les mauvais esprits qui rodent et pouvoir repartir. Plus tard, quand j'aurai du temps et l'esprit libre, écrire sans avoir à chercher quelque chose, juste le bonheur d'écrire.une anonyme ?

sylvie a dit…

J'ai comme l'impression que cette anonyme là, je la connais, c'est peut-être que je pense à elle.
Plus tard, plus tard...

traces a dit…

Je découvre à l'instant mes mots sur ta page et ça aussi c'est troublant. Voilà qu'on me cite, c'est trop d'honneurs! Sourire

Sinon, pour la réponse à ta question : http://viedefemme.canalblog.com/archives/2007/04/04/4527574.html