lundi 30 juin 2008

j'ai une fois de plus lâché prise!

Je ne suis pas à mon travail ce matin.
Je 'ai pas participé à la traditionnelle kermesse, samedi midi.

Coupable!
Coupable?

Je ne ressens pas de culpabilité puisque c'est un fait: Je ne peux pas!
Mon corps a ses limites.
Il m'a laissé faire, en geignant certes.
J'essaie de le faire taire. Je veux mener mon objectif jusqu'au bout.
Plus que 4 jours à tenir devant "le public" après je pourrai suivre mon train.

j'ai presque réussi à le reconquérir ce "public":

les enfants ont été les premiers.
Vous allez me dire qu'ils n'ont pas le choix mais c'est ignorer les armes redoutables dont ils peuvent user, même à leur insu. Les parents sont leur première "arme". Je l'ai testé...

La relation avec les parents et plus largement "le dehors" est le sujet de ma réflexion actuelle...
Je ne suis plus seule à réfléchir: je peux lire, écrire, échanger pour, peut- être faire bouger...

Çà se passe et mais aussi et surtout

et dernièrement "pourune.autreecole".
Cette liste, je vous en reparlerai mais sachez qu'elle est ouverte à toutes les personnes convaincues qu'une autre école est possible.

je vous en donne la définition:

"Cette liste rassemble des parents et des enseignants* qui ont comme point commun d'aspirer à "une autre école". Il s'agit de l'école en général, étant entendu que l'on peut très bien être satisfait dans des cas particuliers, ou momentanés de la situation où se trouve un enfant, ses parents, un enseignant (par exemple, l'instigateur de la liste a pu vivre une aventure passionnante avec les enfants et les parents dans sa classe unique, aventure qui aurait probablement été beaucoup plus difficile ou avec d'autres difficultés dans d'autres écoles du système éducatif). Ces cas particuliers sont aussi riches d'enseignements que les cas généraux dans la mesure où ils éclairent aussi tous les possibles.

Dans la mesure du possible, nous aimerions partir des faits, de ce à quoi chacun peut être heurté, choqué, questionné ou enthousiasmé au quotidien, ce que souvent, les deux "camps", ignorent l'un de l'autre. Ce qui n'empêche pas chacun de déroger et d'exprimer ses ressentis comme il l'entend.

De ces échanges, nous espérons qu'il puisse ressortir, à terme, des idées communes sur ce que devrait être "une autre école".

* parents, futurs parents, anciens parents, voire anciens élèves ! enseignants, ancien enseignants !"

Bernard Collot (les moteurs de recherche vous en diront davantage.)

Vous me direz que tout cela ne sont que des mots... et pourtant ils ont été une source d'énergie pour moi.

J'ai pu ainsi gérer ma situation personnelle avec plus de relativité. Ce que je ne peux pas dire sur mon lieu de travail, à mes enfants, à mes amis, je le pose là, et même si je n'arrive pas à trouver de réponses, je calme l'urgence de mes questions.

Pour ce jour, j'ai raté la marche ou plutôt je subis les conséquences de l'oubli de moi.
j'ai oublié de renouveler mes médoc, vous savez ceux qui vous forcent à dire que la vie est belle:
Je suis donc une lavette mal essorée...
Les psy vous diront que ce n'est pas un hasard... pour ma part c'est très simple, j'ai oublié que j'étais malade de ce côté la parce qu'il y a plus intéressant à penser (positif quand même!).
Ce ne sont donc pas les signes de la dépression qui reviennent au galop mais les effets du manque chimique.

En conclusion:
Je ne peux me payer le luxe de "m'oublier"... drôle de définition du handicap.

7 commentaires:

Monik a dit…

Entre l'alchimie des mots et la chimie des maux, faut trouver le bon équilibre...Bon courage, Sylvie.
PS: Peux-tu me dire si la zik marche maintenant,merci!

grainsdesel a dit…

Ce n'est qu'un mauvais moment à passer, du moins je te le souhaite sincérement.
Tu n'es pas la seule, je suis aussi un peu dans le creux de la vague qui m'empêche de voir le rivage où je souhaiterai aborder...!
Bisous compatissants...!

sylvie a dit…

AH! tu vois quand tu veux tu y arrives à mettre des coms!
j'aime bien les grains de sel, ils arrivent toujours à nous faire fondre...quand aux grains de sable...

grainsdesel a dit…

Comment ça va toi...?
Bisous orageux...!

Monette* a dit…

Un p'tit bisou avant de partir en vacances. Je ne t'oublie pas. Ne t'oublie pas non plus...
;-)

marilyne a dit…

Tu sais que moi si je commence à raconter ou fifille est à l'école, on en a pour un bon moment de ras le bol. Surtout que là, maintenant ils ont dans cette école pleins de personnes en plus trois ou quatre pour justement pouvoir faire des projets d'école, avec des petits groupes, et tout ce qu'ils ont réussis à faire c'est du basket, du rudby rugby enfin le truc là à ballon ovale que je ne saurais jamais l'écrire. Du foot aussi ? Mais jamais, jamais, je n'ai vu un projet, un " exposé" une étude de quoique ce soit, même après la classe verte fait soi disant pour étudier, les mares, et animaux les habitant, rien que dalle, nada.
Nous avons eu des femmes directrices avant que fifille y aille dans cette école, et elles faisaient un travail formidable, avec des choses marrantes pour interesser les enfants, sans intervenants à part les parents d'élèves parfois.
Bref, j'espère que dans son collège ça ira mieux, déjà pour l'instant, je n'en entend que du bien.
Plus ils font de l'art plastique, alors que dans sa petite école là, ils n'ont même pas fait de dessins, pour les travaux manuels , je crois que fifille ne sait pas ce que c'est ....
Bon j'arrête sinon j'en ai pour deux heures. Ah, si elle a fait de l'allemand, ben à part compter jusqu'à cinq et son prènom traduit n'importe comment, c'est tout.
Elle fera anglais en sixième !

Anonyme a dit…

bonjour May, nous sommes le seules ici?
si tu as plein de choses à dire viens sur la liste que je propose dans le billet: http://listes.marelle.org/sympa/info/pourune.autreecole
il faut des parents (passé présent futur) pour construire une autre école et ta fille qui en sort de quoi rêve t'elle pour ses enfants ?
c'est encore tôt mais, les enfants, on ne leur pose jamais la question.